Voici une suite à notre article précédent sur le mouvement des Talibans d’Afghanistan qui se focalise d’avantage sur la fameuse question des Talibans et des femmes.

Les conditions de vie des femmes aujourd’hui et sous le régime de Rabbani :

L’Emirat Islamique d’Afghanistan s’est pleinement engagé dans le développement social, culturel et économique des femmes. Contrairement à la situation sous le régime Rabbani, les femmes peuvent désormais sortir de leur maison en toute sécurité sans avoir peur d’être kidnappées, violées ou dépouillées. Elles n’ont plus peur des conditions qui étaient courantes sous le régime Rabbani.

Selon les rapports d’Amnesty International de 1992 à 1995, les femmes afghanes ont été la cible de la plupart des atrocités commises par le régime Rabbani et autres factions armées. Les commandants irresponsables et les gangsters n’ont pas seulement violé l’honneur des femmes en les violant mais les ont aussi mutilées en leur coupant les seins dans plusieurs cas. De la même manière, le meurtre, la torture et l’exécution des gens par les factions armées étaient monnaie courante.

Du fait de ces intolérables atrocités, le Mouvement Islamique des Talibans émergea pour délivrer la population afghane sans défense des mains des cruels seigneurs de guerre. Chacun devrait se demander, est-ce la liberté des femmes d’être violées et mutilées, ou est-ce la possibilité de vivre leur vie librement, sans la peur de subir tout ce qui leur a été fait auparavant. L’ancien régime, qui ne servait en rien le pays, a employé des femmes dans nombre de secteurs sans réel besoin.

Certaines d’entre elles étaient seulement utilisées pour le divertissement sexuel de la bureaucratie. A cause de ces institutions incompétentes et immorales, elles ont été temporairement relevées de leurs fonctions. Le gouvernement leur paye leur salaire régulièrement. Mais les femmes dont le travail est réellement nécessaire, travaillent toujours dans la santé, l’éducation et les secteurs de sécurité. Comme les conditions dans le pays s’améliorent, les opportunités d’emploi pour les femmes se multiplieront sans aucun doute.

Rétablissement de la Sécurité, la Dignité et la Liberté des femmes :

Etant très concerné par le bien-être de ses citoyens féminins, l’Emirat Islamique d’Afghanistan, a très vite introduit des mesures pour stopper les misérables conditions de vie dans lesquelles vivaient les femmes à Kaboul. Après que les communistes aient pris le pouvoir à Kaboul, ils commencèrent à exploiter les femmes dans le but de promouvoir leur programme politique et social.

En dépit des conditions de guerre dans le pays et sans travail dans les bureaux, le régime communiste a forcé un grand nombre de femmes à se rendre dans les bureaux du gouvernement seulement pour leur amusement. L’Emirat Islamique a décidé de payer le salaire de ces femmes tout en restant dans leur maison, de sorte qu’elles puissent prendre soin de leur famille et leurs enfants. Le but de cette politique est d’aider à redonner leur sens à la famille et aux ménages afghans. Comme le faisait la fondation de la société Afghane, une fondation qui a été intentionnellement détruite par le régime communiste.

L’Emirat Islamique d’Afghanistan est déterminé à fournir des opportunités d’éducation et d’emploi aux femmes afghanes aussi tôt que la sécurité et les circonstances financières sous lesquelles opère l’Emirat islamique permettront de franchir une telle étape. Pendant ce temps, l’Emirat Islamique d’Afghanistan essaiera d’acquérir les ressources et de construire les infrastructures qui permettront de donner aux femmes une éducation séparée.

Observance du Hijab islamique ou du voile :

L’application de la règle du Hijab islamique par l’Emirat islamique d’Afghanistan est en total accord avec les croyances islamiques des afghans et les traditions de la société afghane. Porter un voile est courant parmi les femmes dans tout l’Afghanistan. L’Islam et les traditions afghanes attachent une grande importance à l’honneur, la dignité et la sécurité personnelle des femmes en Afghanistan.

Pour être en accord avec la règle islamique du Hijab, ainsi que pour réduire les menaces contre la sécurité des femmes, l’Emirat Islamique d’Afghanistan demande aux femmes de respecter le port du Hijab islamique et de couvrir leur visage en public. C’est une mesure qui est prise pour la simple raison de protéger l’honneur, la dignité et la sécurité personnelle des femmes en Afghanistan.

L’éducation des femmes dans l’Emirat Islamique d’Afghanistan :

Basé sur les enseignements saints de l’Islam, l’Emirat Islamique d’Afghanistan considère l’éducation comme un pilier pour une vie individuelle et sociale saine et prospère. L’Emirat Islamique est déterminé à fournir des opportunités d’éducation pour tous les Afghans sans distinction de genre, de race, de tribu, de langue, ou d’affiliation religieuse. L’Emirat Islamique d’Afghanistan considère que l’éducation est une obligation aussi bien pour les hommes que pour les femmes et ceci en accord avec les principes de l’Islam. Ceci est un verdict clair de notre religion.

Cependant, le pays est actuellement en grand désordre, sa structure économique détruite et ses installations éducationnelles sont dans les décombres comme beaucoup d’autres dans le pays. L’Afghanistan a besoin d’une assistance étrangère appropriée pour reconstruire chaque aspect des institutions éducationnelles. La présente situation de guerre, imposée et attisée par des puissances étrangères, détourne déjà les maigres ressources afghanes qu’il vaudrait mieux allouer à l’ouverture de nouvelles écoles. La création dans les zones urbaines de nouvelles écoles plus grandes et centralisées représente le plus grand défi. Deuxièmement, les Afghans n’ont aucune confiance au programme de style communiste. Nous devons redonner aux gens confiance dans les agissements du gouvernement concernant l’éducation.

Nous avons aussi besoin de dresser un nouveau programme qui répondra aux besoins de notre société. Troisièmement, la guerre a crée une énorme fuite des cerveaux dans tous les secteurs dont l’éducation. Afin de s’attaquer avec succès au rétablissement des institutions éducationnelles, économiques, politiques et sociales, le gouvernement veut attirer les professionnels et intellectuels afghans vivant à l’étranger.

Nous voulons qu’ils prennent part à la reconstruction du pays. Sans leur pleine participation dans la réhabilitation et les efforts de développement, l’Emirat Islamique ne sera pas capable de s’attaquer à ses problèmes avec succès. Aujourd’hui, les conditions pour la mise en oeuvre d’un programme éducationnel solide, efficace et islamique, pour les femmes en Afghanistan sont inexistantes. Plus de 90% des bâtiments scolaires ont été ruinés par la guerre. Les enseignants qualifiés ont quitté le pays. Les manuels scolaires sont remplis de propagande communiste et d’endoctrinement.

A cause des abus du système éducationnel dans le passé afin de propager l’idéologie athéiste, la grande majorité des pères et mères afghans ont perdu confiance en ces écoles et leur éducation laïque. Dernier point mais non le moindre, en dépit de son profond désir d’activer le système scolaire dans le pays, l’Emirat Islamique d’Afghanistan a rencontré de grandes difficultés à sécuriser les ressources financières et matérielles nécessaires pour sécuriser les écoles, reconstruire les bâtiments scolaires, imprimer de nouveaux livres, acquérir le matériel nécessaire et payer pour des enseignants qualifiés et fiables.

Le montant limité des ressources à la disponibilité de l’Emirat Islamique est utilisé pour financer une guerre imposée en Afghanistan par le cynisme et l’intervention de pays tels que l’Iran, la Russie, l’Ouzbékistan et l’Inde. L’intervention de ces pays et le résultat des actes terroristes lancés contre les hommes et femmes innocents d’Afghanistan par des groupes affiliés à ces pays, a rendu la tâche de sécuriser les écoles et les constructions publiques (particulièrement les écoles pour filles) extrêmement difficile. En dépit des ressources économiques limitées de l’Emirat Islamique d’Afghanistan pour fonder des instituts, des universités à Kandahar, Kaboul et Nangrahar continuent de fonctionner normalement. Plusieurs ONG ont été autorisées à fonder des écoles en Afghanistan, en plus des écoles fondées par le gouvernement.

Contrairement aux rapports de la presse sur les l’éducation des filles, les chiffres obtenus du secteur de l’éducation en Afghanistan, révèlent que l’éducation des filles dans les zones rurales est en augmentation. Selon une étude menée par le Comité Suédois pour l’Afghanistan (SCA), presque 80% des écoles pour filles situées dans les zones rurales sous l’administration de l’Emirat Islamique d’Afghanistan fonctionnent à plein régime. Madame Pia Karlsson, conseillère éducative dans l’Unité de Support Technique à l’Education (ETSU) du SCA, a déclaré dans une récente interview publié par le Frontier Post (un journal anglais basé à Peshawar) que seulement dans la province de Ghazni (sous le contrôle de l’Emirat Islamique depuis ces deux dernières années), approximativement 85% des filles sont toujours scolarisées.

Le SCA qui a soutenu l’éducation élémentaire en Afghanistan depuis 1984, soutient actuellement 422 écoles de garçons, 125 écoles de filles et 987 écoles mixtes sous forme d’écoles primaires ou d’écoles à domicile. Cette étude s’est concentrée sur cent écoles de filles soutenues par le SCA dans neuf provinces : Kaboul, Kounar, Laghman,Ningarhar, Ghazni, Logar, Paktika, Paktya et Wardak. Toutes ces provinces sont sous l’administration de l’Emirat Islamique d’Afghanistan. D’après l’étude, la fréquentation féminine était de 94% et sur les 7834 filles inscrites, 7341 étaient présentes. Plus significatif, au moins 170 femmes enseignaient dans ces écoles. De la même façon, dans la province de Kunduz, 122 écoles fonctionnent dans lesquelles 390 femmes enseignent. L’Emirat Islamique est prêt à ouvrir de nouvelles écoles de filles et de garçons avec une assistance étrangère appropriée.

Le secteur féminin de la Santé :

Les équipements de santé pour les femmes ont augmenté de 200% durant l’administration Talibane. Avant que le Mouvement Islamique des Talibans prenne le contrôle de Kaboul, il y avait 350 lits pour l’ensemble des hôpitaux de Kabul. Actuellement, il y a plus de 950 lits pour femmes rien que dans les hôpitaux pour femmes. Certains hôpitaux qui ont été spécialement alloués aux femmes dont l’hôpital Rabia Balkhi, l’hôpital Malali, l’hôpital Khair Khana, l’hôpital Indira Ghandi, l’hôpital Atta Turk, l’hôpital du Croissant Rouge du Koweït, l’hôpital des maladies contagieuses et l’hôpital T.B. Il faut ajouter à cela 32 cliniques pour mères et enfants. En outre, les femmes reçoivent des traitements à l’ICRC et dans les centres orthopédiques Sandy Gal. Dans tous ces hôpitaux et cliniques, des femmes travaillent en tant que docteurs et infirmières pour fournir des services de santé aux patientes.

Je tiens juste à préciser que ces deux articles parlent de la situation avant l’invasion menée par l’Amérique en 2001. Les conditions socio-économiques se sont donc dégradées mais la situation se rétablira dès que les Moujahidin Talibans auront chassé définitivement les envahisseurs meurtriers et leurs collaborateur de tout d’abord, et qu’ils auront rétabli la shar’iah inshaAllah.

http://jibal-khurassan.over-blog.com

Advertisements