Un excellent texte du grand Erudit et docte de l’Islâm Ahmad ibn Taymiyyah traduit de l’arabe par mon frère bien aimé Abû Ibrâhîm al-Kurdî [Puisse Allah le préserver], un thème donc qui est vraiment d’actualité en notre temps d’athéisme, de paganisme et d’adorations multiples et diverses de toutes sortes d’individus, d’objets et d’images…où l’adoration exclusive du Seigneur des Mondes est vu de manière arriérée, étrangère voir marginale.

Un texte qui transcende les temps et les époques. Puisse Allah -Elevé soit-Il- faire miséricorde à notre Imâm de la Sounnah Aboû al-‘Abbas Ahmad ibn Taymiyyah pour les trésors et les perles inestimables qu’il a laissé à sa communauté.

La réalité de l’amour, de l’asservissement et de la volonté ; celui qui n’est pas adorateur d’Allah est forcément adorateur d’autre que Luidesert

بسم الله الرحمن الرحيم

Voici -par la grâce d’Allah- un extrait de Majmou’ al-Fatâwa t10/p197-198, de Sheikh al-Islam Ahmad ibn Taymiyya -qu’Allah lui fasse miséricorde-. Le titre n’est pas du Sheikh mais plutôt ce que l’on comprend de ses paroles :

« Toute personne dont son orgueil l’a détourné de l’adoration d’Allah [1] adorera forcément autre que Lui. En effet, l’homme est sensible et agit avec volonté. Il est certes confirmé dans le Sahîh [2] d’après le prophète صلى الله عليه وسلم qu’il a dit : « Le plus véridique des noms est “laboureur” (Hârith) et “entreprenant” (Hammâm). » Le laboureur est celui qui acquiert et oeuvre. L’entreprenant oeuvre relativement au dessein, et le dessein est le commencement de la volonté.

L’être humain à en permanence une volonté, et toute volonté à forcément un objectif auquel il aboutira. Il est donc obligatoire pour chaque serviteur qu’il ai un but aimé qui est l’aboutissement de son amour et de sa volonté. Celui dont Allah n’est pas son adoré et l’aboutissement de son amour ainsi que de sa volonté, mais au contraire son orgueil l’a détourné de tout ceci, aspirera obligatoirement à un bien aimé qu’il asservira en dehors d’Allah. Il deviendra ainsi serviteur de cette chose voulue et aimée [de sa part] ; qui peut être soit l’argent, soit le rang [social ou politique], soit une [bel] aspect extérieur, soit ce que l’on prend comme divinité en dehors d’Allah ; comme le soleil, la lune, les étoiles, les idoles, les tombes des prophètes, les pieux, ou soit des anges ou prophètes qu’ils prennent comme Seigneur, ou autre chose encore qui est adoré en dehors d’Allah.

Et lorsqu’il est serviteur d’autre qu’Allah, il est [alors] associateur (Moushrik). Et tout orgueilleux [qui se détourne de l’adoration d’Allah] est Moushrik. De ce fait, Pharaon était un des plus grand orgueilleux de la création (Al-Khalq) vis-à-vis de l’adoration d’Allah et il était Moushrik.

Allah a dit [à son propos] : « Nous envoyâmes effectivement Moïse avec Nos signes et une preuve évidente, vers Pharaon, Haman et Coré. Mais ils dirent: “Magicien ! Grand menteur !” » ; jusqu’à Ses paroles : « Moïse [lui] dit: “Je cherche auprès de mon Seigneur et le vòtre, protection contre tout orgueilleux qui ne croit pas au jour du Compte” » ; jusqu’à Ses paroles : « Ainsi Allah scelle-t-Il le coeur de tout orgueilleux tyran. » [S40, V23-35]

Et Allah -élevé soit-Il- a dit : « Pharaon était hautain sur terre; il répartit en clans ses habitants, afin d’abuser de la faiblesse de l’un d’eux : Il égorgeait leurs fils et laissait vivantes leurs femmes. » ; jusqu’à Ses paroles : « Il était vraiment parmi les fauteurs de désordre. » [S28, V4] Et [les versets] semblables à ceux-là sont nombreux dans le Coran.

[Allah] a certes décrit Pharaon d’associateur dans Sa parole : « Et les notables du peuple de Pharaon dirent : “Laisseras-tu Moïse et son peuple commettre du désordre sur la terre, et lui-même te délaisser, toi et tes divinités ?” » [S7, V127]

Bien mieux, le raisonnement déductif démontre, qu’à chaque fois, plus une personne se détourne par orgueil de l’adoration d’Allah, plus elle est associatrice à Allah, car à chaque fois qu’elle se détournera par orgueil de l’adoration d’Allah, son indigence et son besoin augmentera vis-à-vis de cette chose voulu et aimé [de sa part] qui est le but visé ; [qui est] le but visé du coeur par le premier dessein. Il sera alors un Moushrik par ce qu’il aura asservi de part cela.

Jamais le coeur ne se résignera de l’ensemble des créatures, sauf si Allah est son Maître qu’il adore seul et qu’il ne cherche assistance qu’auprès de Lui, qu’il ne place sa confiance qu’en Lui, qu’il ne se réjouit que par ce qu’Il aime et agréé et ne déteste que ce que le Seigneur haït et déteste, qu’il ne s’allie qu’avec celui dont Allah s’est allié et ne se fasse l’ennemi que de celui dont Allah s’est fait l’ennemi, qu’il n’aime qu’Allah, qu’il ne haïsse une chose que pour Allah, qu’il ne donne que pour Allah et ne retienne [une chose] que pour Allah. À chaque fois donc que la pureté de sa religion se fortifiera, son asservissement se parachèvera ainsi que sa résignation des créatures, et de la perfection de son asservissement, Il le déliera de l’orgueil et de l’association. »

*****

[1] Note du traducteur : Une traduction plus littéraire donnerait : “Toute personne qui s’enfle d’orgueil vis-à-vis de l’adoration d’Allah.”
[2] Note du traducteur : Le hadîth est rapporté par l’imam Aboû Dâwoud, an-Nasâ-iy et d’autres et authentifié par Sheikh al-Albâniy dans as-Sahîha (1040).

Source

Advertisements