Après reflexion, j’ai préféré supprimer mon écrit précédent concernant cet évènement le trouvant un peu trop bateau et abordable qu’aux initiés dans la diatribe, j’ai trouvé d’ailleurs assez décevant de la part de beaucoup hissant l’étendart de l’anti impérialisme s’accorder avec la pensée dominante en taxant systématiquement nos jeunes frères résistants issu de la mouvance dite “salafiste”, d’agent des sionistes où autre sobriquet.

48866558

Le même qui fût donné aux frères courageux de Fath al-Islâm au Liban comme à tous groupes se levant contre la transgression divine des tyrans, j’ai vite compris que malgré les déviances et insultes évidentes que certaines sectes proclament ouvertement contre notre religion, la plupart des gens se taisent pour n’applaudirent finalement que les fausses rebellions contre les Juifs.

L’implation de la loi d’Allah, Exalté soit Son nom, est et reste le problème pour tous ses faux résistants de tous bords.

La masse ne cherche pas la profondeur des choses et se complait plutôt sur la surface c’est habituel, les gens sont assez stupides pour croire sérieusement que le savant combattant et érudit Aboû al-Nour allait par la force et d’emblée installer la législation islamique sur Ghaza avec quelques centaines de partisans contre les milliers de soldats traîtres du Hamâs ?

On se dit résistant de la pensée unique et on plonge tête la première quand l’islam est ciblé. Evidemment la vérité est tout autre.

Pour être bref, j’ai trouvé un article très bien écrit et ouvert sur la situation du Hamâs et nos lions injustement exterminés :

Si j’étais un partisan du Hamas…

” Si j’étais un des ce ceux qui soutiennent le Hamas, je me dirais que les agissements du groupe de Abou Nour étaient non seulement complètement idiot mais suicidaire et j’ajouterais qu’ils sont des gens malsains qui se joignent à l’ensemble du Monde pour combattre le Hamas déjà au prises avec les soldats du Sionisme sur l’ensemble des aspects liés à ce conflit, c’est-à-dire socialement, diplomatiquement, humainement et militairement il y a quelques temps encore.

Si j’étais un de ceux qui soutiennent le Hamas ou un membre, je me dirais que les « Salafis » sont les idiots utiles du Sionisme, qu’ils sont bêtes et lisent le Coran avec des yeux Américains. Qu’ils sont une bande d’illuminés qui ne prennent pas en compte les forces en présence et se réfugient dans des délires Califales illusoires pour échapper à l’amère situation que vit chaque jour le peuple de Palestine.

Ce faisant, je constaterai qu’ils donnent un nouveau prétexte à l’Occident d’ignorer notre légitimité internationale alors que nous avons dans cette optique avorté de notre dynamique militaire, concédé tacitement l’idée d’une reconnaissance d’un double Etat, que nous nous sommes assis à la table des négociations en Arabie et au Caire connu pour leur trahison, ou bien que nous avons libéré le citoyen Anglais détenus par ceux avec qui nous avions capturé auparavant le soldat Shalit, et dont nous a avons fini par massacrer leurs familles sur l’autel d’une reconnaissance internationale qui ne vient toujours pas, que nous avons présenté nos condoléances à la mort du Pape et qu’à l’inverse nous avons vigoureusement nié avoir fait part de nos condoléances à la mort du Jihadiste sunnite Zarqaoui bien que nous ayons pu nous abstenir de souhaiter que la Miséricorde divine embrasse le chiite du « Hesbollah » Imad Maghniyah.

Si j’étais un supporteur du Hamas, je me sentirais un peu gêné tout de même d’avoir à cautionner pour la seconde fois l’extermination en deux ans de quelques dizaines de palestiniens qui refuse la politique collaborationniste du Hamas basé sur les accords de Sykes-Picot, et qui prend racine à l’ombre du Quartet de Blair et ses deux Etats auquel mon groupe se plie chaque jour un peu plus pour des raisons de « nécessité » délaissant ainsi la ligne traditionnelle de résistance qui l’a porté au pouvoir.

Mais je serai rapidement rassuré en me disant que c’était des gens nocifs qu’il sera facile d’assimiler aux « Tekfiris » qui sont déjà porté responsable de mille et une calamité. Ce ne sera là qu’une perle de plus à au collier que leur font porté le reste du monde. Il sera d’autant plus aisé de nous en innocenter en réaffirmant avoir été contraint par la force des choses à assiéger et punir ces gens qu’on lierait par la suite à Dahlan, l’ennemi de l’intérieur.

Si j’étais de ceux qui soutienne le Hamas je serai tout de même inquiet de savoir qu’une partie grandissante de la population quitte le navire de la résistance nationale, pour la résistance islamique mondiale. Je me questionnerai sur les objectifs poursuivi par ces gens au sein duquel il doit bien y avoir quelques éléments sincères aussi stupides soient ils.

Que cherchaient ils sinon à être écrasée par leurs frères de l’appareille militaire du Hamas qu’ils connaissent bien pour certains puisqu’ils en sont issues ? Ont-ils vraiment voulu combattre le Hamas alors que leurs chefs idéologues leurs ont interdit de tirer ne serait ce qu’une seule balle en direction du Hamas et de se concentrer sur les préparatifs nécessaire au renouveau de l’Intifada et de l’entrée d’Al Qaida et consort sur le territoire ?

Pourquoi d’ailleurs les appels de leurs chefs d’ Oussama Ben Laden à Abou Omar Baghdadi, en passant par Abou Yahya el Libi ou Abou Yazid se concentrent de plus en plus sur nous, que nous veulent ils , nous qui sommes déjà engagés dans une lutte contre ceux là mêmes qu’ils prennent pour ennemis ?

Pourquoi nous interpellent ils par la mémoire même de ceux qui furent nos fondateurs ou nos chefs militaires, qu’ils soit ‘Ayash, Qassam, ou Ahmed Yacine qu’ils nous accusent d’avoir trahi.

Pourquoi leurs manque de pragmatisme supposé dont nous faisons état pour justifier notre désaveu d’eux et nos alliances circonstancielles avec l’Iran ou autre, nous ne parvenons pas à enregistrer leurs succès respectifs en Afghanistan, au Pakistan ?

Le peuple de Ghazza, comment va-t il percevoir notre massacre de vendredi dernier contre nos propres frères dans un contexte marqué par le recul de nos activités militaires et la stérilité de notre action politique ?

Mon Hamas qui semble déjà connaître une des périodes les plus faibles de son existence politique, qui s’embourbe dans le labyrinthe des négociations, et des concessions, sans obtenir ne fut-ce qu’une orange de plus a donner à ses administrés qui subissent après l’opération meurtrière « plomb durci » la poursuite de l’embargo mondial, va-t-il être soutenu ou fustigez dans cette affaire ?

Cet imam bien connu à Ghazza notamment pour avoir refuser l’action armée contre Hamas sauf en cas de légitime défense et appeler à la patience et la prédication avec lui, ses prêches vont-ils tonner plus forts maintenant qu’il a le minbar du martyr pour faire entendre son discours ?

Finalement cette confrontation ne va-t-elle pas achevée le processus de prédication voulue par Al Qaida pour que les dissidents des Brigades Al Qassam se détache de la direction compte tenu de ses prises de positions peu claires ? Abou Nour n’a-t-il pas voulu simplement par sa déclaration cristalliser les choses afin que les deux idéologies- l’Ikhwanisme des intérêts nationaux imposés par la nécessité, et le Jihadiisme Internationale des principes imposés par le Droit seulement-, soient clairement distingués, et que se joignent les partisans d’un côté ou de l’autre.

Son sang ne va-t-il pas abreuvé une nouvelle génération de jeunes qui enterreront le Hamas, de la même manière que la déclaration puis l’assassinat de l’Imam de la Mosquée rouge a définitivement convaincus les Talibans de s’en prendre au gouvernement collaborateur du Pakistan alors que la question n’avait jamais pu être tranchée auparavant?

Ceux qui ignoraient qui était Abou Nour qui pourtant prêche depuis des années à la faveur de lutte qui opposait Hamas et Fatah avant son exclusion de Ghazza, sauront maintenant qui il est, ses idées lui survivront elles ?

Après que l’ Ikhwanisme contemporain se soit assis ces dernières années sur ses principes ( il s’agissait il y a 80 ans pour Cheikh Hassan El Banna de répondre à la chute de Califat) et avoir salie son image par l’alliance du Nord en Afghanistan contre l’Emirat des Taliban, en Irak avec son Parti et ses milices sur lesquels se sont appuyées les « Sahwa » pro-américaines ( Brigades 1920, Hamas en Irak etc.), le Cheikh Abou Nour n’a-t-il pas voulu en tombant emporté avec lui l’auréole de la tradition de résistance qui trônait jusqu’il y a peu sur la tête du Hamas pour le faire voir au monde Musulman sous un autre visage?

Son assassinat ne va-t-il pas réveiller les partisans d’une vision plus Qotbiste au sein de la maison de l’ Ikhwanisme en y délogeant ses éléments adeptes de la théorie de la préservation d’intérêts qu’ils n’ont jamais acquis.

Sayid Qotb avait d’ailleurs déclaré : « Mes écrits ne sont que lettres mortes, mon sang leur donnera vie ».

” C’est au fruit qu’on reconnaît l’arbre “, aurait dit Jésus, et l’avenir dira qui était Abou Nour, et si son assassinat a servi ou déshonorez à jamais le Hamas. ”

Ô Hamâs tu as trahi le dépôt de l’Islâm accroché à ton cou pour les errances de ce bas monde !

Puisse Allah, exalté soit-Il, accepter le martyr et faire miséricorde aux courageux combattants du Jaysh al-Islâm, aux héros, nos lions de Jound Ansâr Allah ainsi qu’au savant et docte admirable, l’érudit Aboû al-Noûr Abd-al Latîf ibn Khâlid âl-Moûssâ al-Maqdissî.

Advertisements