En attendant un article plus complet décrivant de manière détaillé et clair, la trahison et l’apostasie du royaume saoudien, je vous transmet ce récit d’un éminent savant musulman de la péninsule arabique, l’érudit et docte Nâssir ibn Ahmad al-Fahd, emprisonné et torturé par les tyrans saoudiens pour ses déclarations véridiques des perfidies religieuses et collaborations flagrantes du royaume avec les Juifs et l’Amérique.  saoud

 Lorsque le Jihâd est accompli sur le sentier de l’Amérique

Au Nom d’Allah, Le Tout Miséricordieux, Le Très Miséricordieux.

Louange à Allah, et que le Salut et la Paix soient sur le Messager d’Allah,

Ensuite,

Ces derniers temps, nous avons entendu les nouvelles du Jihad et l’intensification de la résistance contre les croisés en Mésopotamie (Irak, lit. dans le pays des deux fleuves) et, parallèlement à ça, nous avons pris connaissance de la position de ce royaume surnommé l’Arabie Saoudite vis-à-vis de cette résistance et le refus qu’il affiche de lui apporter tout soutient.

Par ce réquisitoire, je ne cherche pas à prouver la légitimité du Jihad et du soutien qu’il faut lui apporter, mais plutôt de mettre au grand jour l’hypocrisie de cet Etat par une comparaison simple entre ses prises de position lors du précédent Jihad Afghan contre les russes et ceux de l’actuel Jihad Irakien et Afghan contre les américains.

Premièrement

Les Russes lancèrent une opération militaire de grande envergure en envahissant “uniquement” l’Afghanistan et ils placèrent un gouvernement qui leur était soumis tandis que les Américains ont envahi non seulement l’Irak mais aussi l’Afghanistan, et ils mirent aussi dans chacun de ces deux pays un gouvernement soumis à leur volonté. Et l’Etat Saoudien n’avait pas reconnu le gouvernement pro-russe à l’époque en Afghanistan, mais aujourd’hui il reconnaît ces deux gouvernements pro-américains.

Deuxièmement

L’Etat Saoudien incita les moujahidines afghans à combattre et les aida matériellement et moralement, tandis qu’il considère les moujahidines en Irak comme des criminels, qu’il menace ceux qui essaient de les aider et qu’il considère tout soutien (aux moujahidines) comme un crime, même si c’est par l’abstrait tel le Qounut et les Dou’aah en leur faveur.

Troisièmement

L’Etat Saoudien laissa les cheikhs et savants approuver le Jihad Afghan et émettre des fatwas à son sujet, mais aujourd’hui toute fatwa pour le Jihad en Irak est considérée comme un délit, pire, il a mit des savants qui émettent des fatwas interdisant ce Jihad et interdisant le fait d’y participer.

Quatrièmement

L’Etat Saoudien aida tous les jeunes qui partaient au Jihad (contre les Russes) en Afghanistan, ils eurent même droit à des réductions allant jusqu’a 75%, tandis que maintenant c’est un délit d’aller au Jihad en Irak, et toute personne qui essaie de s’y rendre et se fait attraper à droit à la prison.

Cinquièmement

Il avait accueilli les chefs du Jihad afghan et leur permettaient de donner des conférences sur son sol, mais maintenant il se joint aux croisés et traque les chefs du Jihad en Irak.

Brève conclusion sur ce qui ressort d’une telle comparaison

Lorsque le Jihad en Afghanistan s’effectuait contre l’ennemi de l’Amérique et au profit des intérêts américains, c’était pour l’Etat Saoudien un Jihad dans le sentier d’Allah, et les cheikhs avaient le droit de donner des fatwas allant en ce sens, et l’on y apportait un soutien tant au niveau matériel que moral, et tout jeune désireux d’y participer avait droit à des facilités et on l’appelait Moujahid.

Mais lorsque de nos jours le Jihad en Afghanistan et en Irak fut établi contre l’Amérique et les intérêts Américains, il devint du terrorisme, de l’outrance et de l’extrémisme, on recherche et on tue ceux qui y participent, on fait emprisonner ceux qui les soutiennent par une fatwa ou de l’argent et a fortiori ceux qui les aident par l’envoi d’hommes, les cheikhs n’ont pas le droit de donner des avis juridiques en ce sens, mais au contraire on donne des fatwas interdisant de s’y rendre et qualifiant les opérations qui s’y produisent comme des actes de terrorisme et non de jihaad.

Il est donc clair que cet Etat ne reconnaît pas de Jihad dans le sentier d’Allah ni autre, en fait il reconnaît [uniquement] “le Jihad dans le sentier de l’Amérique”. Ce que les croisés autorisent, ils (les gouverneurs Saoudiens) l’autorisent et le soutiennent, et ce qu’ils prohibent devient interdit.

Et Allah est souverain en Son commandement, quelque répulsion qu’en aient les mécréants.

 

Du Shaykh Nâsir Al Fahd [Puisse Allah hâter sa libération].

[Source]  Traduit de l’arabe par le frère Aboû Saylmân

Advertisements